Et la vie commence ici...

Centre AMP Le Port

Traitements médicaux

Quels sont les différents traitements utilisés en Assistance Médicale à la Procréation (AMP) ?

1/ Bref rappel sur les techniques d’AMP

Stimulation simple : obtenir la croissance d’un à deux follicules ovariens, déterminer le jour de l’ovulation par échographie et dosages hormonaux afin de privilégier un rapport sexuel en vue de grossesse.
Les paramètres de fertilité doivent être présents : hystérographie normale – sperme de bonne qualité – test post coïtal (examen de la glaire cervicale huit heures après un rapport) satisfaisant – bilan hormonal correct.

  • L’IAC (Insémination artificielle avec sperme de conjoint) : c’est le même principe de stimulation simple mais dans ce cas au moment de l’ovulation, les spermatozoïdes de votre conjoint (préalablement recueillis et préparés au laboratoire le jour même) sont déposés dans votre utérus par le gynécologue grâce à un cathéter, acte indolore.
    L’indication est une diminution de la mobilité des spermatozoïdes, ou bien un test post coïtal négatif (absence de spermatozoïdes ou spermatozoïdes immobiles dans la glaire).
    Le jour de l’insémination est déterminé grâce à des échographies et des dosages hormonaux.
    On réalise habituellement 3 à 6 cycles.
    Le jour de l’ovulation et donc de l’IAC, le sperme, recueilli par masturbation au laboratoire est concentré et placé dans l’utérus grâce à un cathéter par votre spécialiste gynécologue.
  • La FIV ou Fécondation in Vitro  avec ou sans ICS I:l’objectif de la stimulation est d’obtenir le maximum de follicules au niveau de vos ovaires. Les ovocytes seront prélevés au cours d’un acte chirurgical (ponction ovocytaire)  puis fécondés artificiellement pour obtenir des embryons qui vous seront replacés après quelques jours de culture (2 à 5 jours)
  • Transfert d’embryons congelés: il s’agit de replacer sous contrôle échographique dans l’utérus un embryon obtenu après vitrification lors de la précédente FIV ou ICSI.

2/ Les traitements :

Quels sont les différentes classes de médicaments utilisés lors d’une stimulation ?

  • le citrate de clomiphène ( Clomid®, Pergotime®) pour les inséminations artificielles ou les stimulations simples
    Il est pris par voie orale, en début de cycle
  • les gonadotrophines :
    • recombinantes : Gonal f®, Puregon®, Pergoveris®
    • d’origine urinaire : Fostimon®, Fertistart®, Menopur®,
    • elles contiennent toutes de l’hormone FSH, l’hormone qui stimule les follicules, et sont injectées par voie sous-cutanée
  • les traitements permettant de bloquer l’ovulation
    • les antagonistes : Orgalutran®, Cétrotide®
    • les agonistes : Décapeptyl®
  • les traitements déclencheurs de l’ovulation
    • Gonadotrophine chorionique : injecté par voie IM
    • Ovitrelle® : injecté par voie sous cutanée

Quels sont les protocoles utilisés ?

  • Ils combinent les différents traitements décrits ci-dessus et sont adaptés à chaque cas particulier. Pour tenter de vous éclairer, deux grands types de protocoles se distinguent :
    • Les protocoles dits ANTAGONISTES  utilisant l’Orgalutran® ou le Cétrotide® pour bloquer l’ovulation
      traitement dit « court » : la stimulation commence le 2eme ou 3ème jour des règles et on introduit l’antagoniste après 5 à 6 jours de stimulation après échographie et dosages hormonaux => la durée du traitement stimulant est de 10 à 15 jours.
    • les protocoles dits AGONISTES  utilisant le Décapeptyl® pour bloquer l’ovulation.
      traitement dit « long » : deux cas de figure => soit on débute par l’injection de l’analogue 15 jours avant la stimulation et ce jusqu’au jour du déclenchement : 28 jours de traitement environ
      soit l’analogue est injecté en même temps que l’hormone de stimulation, durée de traitement : 10 à 15 jours
  • Le choix de l’un ou l’autre de ces protocoles dépendra de votre cas particulier et votre médecin vous expliquera sa décision.


Traitement de stimulation simple, traitements IAC

Traitements FIV

FAQ

Prend on du poids durant les traitements hormonaux de la FIV ?

Non, la stimulation ne dure que de 10 à 14 jours, ce traitement court n’est pas corrélé avec la prise de poids.

Je souhaite contacter un médecin au sujet de mon traitement le soir ou le WE. Qui dois-je contacter ?

En dehors des heures d'ouverture des cabinets gynécologiques, contacter le bureau des sages-femmes de la clinique Jeannne D'Arce au 02 62 42 88 17, qui pourra vous mettre en relation avec le gynécologue de garde

Après la fin des injections, il reste du produit dans la seringue, alors qu’il ne devrait plus en rester : est-ce normal ?

Les fabricants de produits injectables mettent toujours un peu plus de produit dans les ampoules que la dose indiquée. Il est normal qu’il reste un peu de produit après avoir fini les injections.

Quel délai entre 2 stimulations de l’ovulation

Pour les inséminations intra-utérines, la stimulation peut être renouvelée tous les mois. Une pause tous les 2 ou 3 cycles peut être souhaitable, à discuter avec votre gynécologue. Pour la fécondation in vitro, il est recommandé un intervalle de 2 à 3 mois entre 2 ponctions ovocytaires ( dépend de la réponse ovarienne de la précédente stimulation).

Le site d’injection des hormones est-il important ?

Oui, il est conseillé de l’effectuer ou sur le ventre, ou sur la cuisse.

Quels sont les effets secondaires des traitements ?

Courrier d'information donné aux patientes lors du programme de FIV :"...Hormis, les risques anesthésistes qui vous seront exposés par le praticien de cette discipline. Nous devons vous informer des risques inhérents à la FIV:

Hyper-stimulation ovarienne (Les ovaires sont augmentés de façon importante avec présence d'eau dans l'abdomen, ce qui nécessite alors une hospitalisation qui peut durer quelques semaines). Dans ce cas, soit on interrompt la stimulation, soit on ponctionne et on congèle tous les embryons. Certaines hyper-stimulations ne sont pas prévisibles. Elles se traduisent par des nausées, un gonflement abdominal dans les jours qui suivent le replacement. Certaines ponctions ne donnent pas d'ovocytes 01 s'agit là d'une ponction blanche : pas d'explication possible). Rarement, certaines fécondations ne donnent pas d'embryons.

A la ponction : Hémorragies ovariennes, qui se traduisent par des douleurs abdominales ou aux épaules, des malaises nécessitant une cœlioscopie (exceptionnellement ablation de l'ovaire). Des infections liées parfois à une piqûre des trompes, qui ne sont pas visibles à l'échographie. Exceptionnellement, une piqûre d'intestins (les signes sont vomissements, fièvre, douleurs abdominales intenses qui vous amènent à venir rapidement à la Clinique Jeanne D'Arc) Parfois, on traverse la vessie pour accéder à l'ovaire, d'où sang dans les urines. Rares cas de phlébite secondaire. 11 est préférable de transférer un seul embryon, s'il est de très bonne qualité, surtout aux deux premières tentatives) car les grossesses gémellaires sont à risque d'accouchements prématurés avec parfois décès des enfants (Si accouchement avant 30 SA) et hospitalisation longue. 3 cas de torsion de l'ovaire..."