Et la vie commence ici...

Centre AMP Le Port

Don de sperme : êtes vous concernés ?

Les spermatozoïdes sont donnés à des couples qui ne peuvent pas avoir d’enfant pour les raisons suivantes :

Azoospermie : absence de spermatozoïdes dans l’éjaculat ou dans les testicules (après exploration testiculaire par le chirurgien)

Maladies génétiques pouvant être transmis à la descendance.

Dans tous les cas, le couple receveur doit être en âge de procréer. L’homme et la femme formant ce couple font leur démarche dans un cadre médical et légal strict d’assistance médicale à la procréation.

AMP avec Don de Sperme

L’infertilité liée à l’altération ou à l’absence de spermatozoïdes, constituait autrefois une barrière infranchissable pour accéder à la naissance d’un enfant. Là encore, les progrès de la médecine et de la biologie ont permis, dans de nombreux cas, de résoudre ce problème et sortir de l’impasse.

Le Don de Sperme, a littéralement révolutionné l’AMP. Les techniques se sont affinées au fil des décennies permettant d’arriver à des taux de réussite inespérés. Toutefois, à cette apparente « facilité technique » il a fallu opposer une réflexion sur une démarche tout à fait singulière tant sur le plan éthique que psychologique.

Pour un couple, faire un enfant représente la quintessence de la relation, la concrétisation d’un projet de vie à deux, la fusion permettant de se projeter, l’un et l’autre, dans ce petit Etre issu d’eux-mêmes.

Lorsqu’il est nécessaire de faire appel à un don de sperme, on introduit alors un tiers dans la relation. Pour anonyme que soit ce donneur, il n’en reste pas moins une tierce personne venant s’immiscer dans cette intimité du couple, alors confronté à une situation totalement nouvelle à laquelle il n’est pas préparé.

C’est dans cette optique que les Lois de Bioéthique ont prévu des entretiens d’ordre psychologique, mis en place depuis près de 25 ans avec le psychiatre du Centre d’AMP, afin d’évaluer la capacité du parent stérile à faire le deuil de sa parentalité biologique, de mener une réflexion sur ce que représentera l’arrivée et la vie avec cet enfant issu d’un tiers, sans être dans le déni ni la souffrance. Evoquer cette asymétrie entre celui qui sera le parent biologique et celui qui sera plutôt dans la position d’un « parent adoptant », sans oublier que la femme sera amenée à porter un enfant issu d’un inconnu.

Enfin, l’autre volet de cette démarche psychologique est constitué par la réflexion à mener sur ce qu’il conviendra d’expliquer à un enfant issu d’un don de gamète, problématique souvent angoissante voire douloureuse pour certains, chez qui l’on réactive le deuil de la parentalité biologique. Plus que jamais le soutien psychologique tient une place de premier plan dans cet aspect de la démarche d’AMP avec un don de sperme